Archives de Tag: Marketing

Heineken fait son buzz marketing…

Heineken est une marque qui n’hésite pas à se lancer dans le décalé et le viral. On l’a vu avec la campagne e-marketing autour de la vidéo Walk in fridge qui a accumulé un très grand nombre de vues et qui a surtout bénéficié des nombreuses parodies réalisées notamment par Bavaria.

Heineken maîtrise le numérique et sait réaliser des opérations e-marketing qui marchent. La marque le reprouve avec l’opération Know the Signs consacrée à la prévention des abus d’alcool.

Le parti-pris par Heineken, et qui a donné son nom à l’opération Know the Signs, est que l’on peut remarquer l’état d’ivresse de certaines personne via leur comportement, et dès que les premiers signes pointent leur nez, il est temps de s’arrêter de boire.

En se renseignant aux quatre coins du monde Heineken aurait identifié une série de comportements types chez les personnes ivres :

  • le pleurnichard
  • le dormeur
  • le pervers
  • l’exhibitionniste
  • le violent
  • le maladroit
  • l’allumeuse

Le but est donc de montrer à quel point une personne peut-être ridicule quand elle a bue, mais au lieu d’aller dans le dramatique, comme c’est souvent le cas pour ce genre de campagnes, Heineken part dans l’humoristique.

C’est donc au moyen d’un site mettant au centre l’expérience utilisateur qu’Heineken met en place son opération de sensibilisation. Le site est une vidéo interactive représentant l’intérieur d’un bar.

L’internaute a pour objectif de détecter au sein de cet environnement les personnes ayant un comportement suspect. Une fois identifiées, en cliquant sur le personnage, une vidéo se déclenche mettant en scène la personne dans un des rôles identifiés ci-dessus.

Parti pris de l’humour oblige, chaque mise en scène est ridicule. Costume à paillette pour l’exhibitionniste, mains géantes pour le pervers et costume en Licra pour le violent, chacun des personnages se retrouve dans une situation ridicule voir même absurde.

Côté viralité, on notera la mise en place d’une application Facebook qui permet de customiser le portrait d’un ami avec des objets liés à un des stéréotypes identifiés.

Know the Signs est une opération e-marketing très réussie, qui est tout à l’honneur de Heineken.

www.knowthesigns.com

[tweetmeme source= »InVinoCom »]

Publicités

1 commentaire

Classé dans Internet, Marketing

Les vins Septiembre font peau neuve

La marque argentine Trapiche basée à Mendoza a confié aux designers de l’agence Tridimage le soin de renouveler l’image de marque et le packaging de leur gamme de vins frais Septiembre.

Basée sur le concept de « Nuits de printemps », l’icône de la marque qui est représentée par une fleur s’appuie sur des schémas colorés représentant l’étiquette des saveurs.

Trapiche est la marque de vins haut de gamme argentins la plus exportée dans le monde.

[tweetmeme source= »InVinoCom » only_single=false]

Poster un commentaire

Classé dans Marketing

Le champagne Arborite fête ses 60 ans

Le champagne Arborite a confié à Annabelle Fiset, directrice artistique basée à Montréal au Canada, le soin de réaliser le packaging de la boîte destinée à recevoir la bouteille de champagne commémorant son soixantième anniversaire.

La boîte, divisée en deux parties, se compose d’un embossage et d’un foil stamping qui se rejoigne au centre.

[tweetmeme source= »InVinoCom »]

Poster un commentaire

Classé dans Marketing

De Pline l’Ancien au design moderne…

Les vins espagnols Laurona ont confiés à l’agence de design barcelonaise  imposible? comunicación la refonte de leur étiquette afin de moderniser leur image et renforcer la présence de leur marque.

D’un point de vue graphique, le fond mat alterne avec la typographie éclatante de la marque Laurona placée à la verticale.

De plus, pour symboliser la transparence de la marque vis-à-vis du consommateur, les designers ont imaginé un changement de couleur de la bouteille au fur et à mesure que celle-ci était consommée, passant ainsi du noir au vert.

Enfin, un texte explicatif au sujet du vin a été rajouté sur l’étiquette. Il s’agit d’un extrait de l’encyclopédie Histoire Naturelle de Pline l’Ancien qui passe en revue l’excellence des vins de la région.

[tweetmeme source= »InVinoCom » only_single=false]

Poster un commentaire

Classé dans Marketing

L’avenir en bouteille…

Le designer grec Chris Trivizas s’est occupé du graphisme du vin Fygein Adynaton. Même si la charte graphique reste assez simple, l’idée d’associer une goutte de vin aux lignes de la bouteille pour y lire l’avenir reste originale.

Lorsqu’en vous servant un verre de vin, une goutte coule le long de la bouteille, regardez à quel niveau elle s’arrête parmi les 3 lignes dessinées. Ensuite, vous n’aurez plus qu’à lire la prédiction qui correspond à la ligne à l’arrière de la bouteille et découvrir votre destin.

[tweetmeme source= »InVinoCom »]

Poster un commentaire

Classé dans Marketing

+359… Allô je voudrais un vin bulgare !

+359 correspond à l’indicatif téléphonique international de la Bulgarie. Cette marque s’est rendue très célèbre dans le pays grâce à ce code « identitaire » fort. Le client – Villa Lyubimets – souhaitait renouveler entièrement la charte graphique et identitaire de la marque en lui donnant une vision plus fraîche, plus moderne, plus colorée et unique !

Le designer en charge de la refonte de la marque – Jordan Jelev dont le surnom est « Labelmaker » – a utilisé une police typique et bien connue en Bulgarie – la Poster Bodoni – qui selon lui, devrait interagir avec les consommateurs et les faire adhérer à cette nouvelle image de marque afin de favoriser l’achat !

Quant à l’étiquette à proprement parlé, elle a été revue pour devenir plus fraîche, colorée et brillante, d’où l’utilisation de belles couleurs chaudes, d’encres glacées et d’un contour argenté posé à chaud.

Jordan Jevel désirait également que les consommateurs voient +359 comme une image « trendy » mais aussi comme un objet qu’on aurait envie de toucher, d’effleurer avec ses doigts…

[tweetmeme source= »InVinoCom »]

Poster un commentaire

Classé dans Marketing

Pourquoi les vins français souffrent-ils à l’exportation ?

Les vins français sont de moins en moins appréciés dans le monde, alors que le nombre de pays producteurs ne cesse d’augmenter. Les experts estiment que la production mondiale pourrait augmenter de 4 % entre 2010 et 2012. Qui aurait pensé que l’Inde, la Chine et l’Argentine plantent de plus en plus de vignes pendant qu’en France les viticulteurs reçoivent des aides pour l’arrachage leurs pieds ? La France est le seul pays de l’Union Européenne dont le vignoble national a sérieusement diminué au cours des dernières années.

Pourquoi les pays du Nouveau Monde exportent-ils de plus en plus de vin ? Pourquoi leurs parts de marché ne cessent de croître au détriment des vins français ?

Les vins du Nouveau Monde gagnent des parts de marché grâce à leur stratégie marketing axée sur la demande des consommateurs. Leurs sociétés viticoles, tels que Constellation, Foster’s Group, Hardys…,  sont d’envergure mondiale et ont à leur disposition des budgets marketing colossaux. De plus, ses sociétés s’appuient sur une distribution continue et une qualité constante de leurs vins, année après année.

Le marketing demeure la meilleure arme des vins du Nouveau Monde. Ils ont réussi à se distinguer grâce à l’étiquetage de leurs bouteilles. Leur approche est simple : aider le consommateur à comprendre le vin en précisant les cépages utilisés lors de la vinification. Dès lors, nul besoin d’être un expert pour savoir ce que l’on va boire

De plus, le Nouveau Monde n’est pas soumis à des réglementations rigides et contraignantes, comme le système des Appellations d’Origine Contrôlée (AOC) en France. Leurs vins ne font pas appel à la notion de terroir qui associe des données aussi diverses que le climat, le sol et les heures d’ensoleillement.

Ainsi, les vignerons australiens communiquent sur les cépages et la région de production de leurs vins.

Evidemment, personne ne peut nier que le terroir joue un grand rôle dans le goût et les arômes du vin.  Mais, le cépage reste le facteur clef, le terroir étant davantage la marque de personnalité du vin. Sur un même vignoble, utiliser plus de merlot ou plus de cabernet sauvignon changera les arômes et les qualités gustatives du vin.

Le système des AOC garantit la qualité des vins en obligeant les vignerons à respecter un rendement plus faible à l’hectare, un taux d’alcool fixe, des procédures d’irrigation, mais aussi l’utilisation exclusive de cépages nobles. Alors pourquoi les producteurs français s’interdisent-ils d’indiquer les cépages sur l’étiquette de leurs bouteilles ?

Comme le relève Xavier de Eizaguirre, président du salon Vinexpo, « avec près de 500 AOC, les vins français sont considérés comme compliqués et peu compréhensibles. Les AOC – par exemple le Châteauneuf du Pape – autorisent les viticulteurs à cultiver jusqu’à 12 cépages différents. Qui, à part un expert peut se souvenir des cépages autorisés pour chacune des AOC ? Les vignerons français pratiquent  un marketing de l’offre qui ne prend pas en compte la demande des consommateurs.

Le Nouveau Monde est en train de donner une leçon de marketing au Vieux Continent, ajoute-t’il. Le vin est un produit complexe. La région viticole, les cépages, le vigneron, le domaine, ou encore le style du vin sont autant de caractéristiques que le consommateur doit se rappeler. Il est donc nécessaire de donner un maximum d’information au consommateur. Une étiquette doit l’aider, plutôt que le rendre indécis et stressé au moment de l’achat. »

[tweetmeme source= »InVinoCom »]

3 Commentaires

Classé dans Commerce, Economie