Argentine, la mutation du vignoble…

En l’espace de quinze ans, le vignoble argentin a vécu une évolution fulgurante. Le pays est passé d’une production de vins de table consommés localement à la naissance de véritables grands crus.

Si la vigne a commencé à être cultivée sur les terres argentines dès l’arrivée des premiers conquistadors et des religieux espagnols, la viticulture ne s’est véritablement développée qu’au XIXème siècle, grâce à l’avènement du chemin de fer reliant Buenos Aires à Mendoza, la grande région viticole du pays.

Durant un siècle, la production s’oriente essentiellement vers une consommation locale et bon marché de vino tinto, sans volonté qualitative, contrairement au Chili voisin qui, dès le début du XXème siècle, a  placé la viticulture comme produit d’exportation.

Longtemps cantonné dans une production de masse, l’Argentine entre à grand pas dans le secteur des vins de luxe, au milieu des années 80, grâce à des coopérations européennes, souvent françaises. Une évolution profonde qui s’est traduite, au niveau national, par une baisse de la production de 30 % en dix ans.

Les grandes bodegas locales telles que Trapiche, Etchart, Humberto Canale ou Penaflor, proposent aujourd’hui des vins haut de gamme très séduisants. Mais, elles doivent désormais compter sur  la concurrence avec les grands vins de style « international », produits par des Argentins associés à de grands noms de l’ « Ancien Monde ». La bataille est rude.

Pour l’amateur, c’est une aubaine : l’offre de grands vins n’a jamais été aussi ouverte. Les cépages malbec ou carmenère donnent ici le meilleur de leur expression, surtout dans les vignobles d’altitude. Les vins d’assemblage prennent le pas sur les monocépages, la complexité s’en trouve renforcée. Ces cuvées franco-argentines sont encore dans leur prime jeunesse, mais cela n’empêche pas d’en estimer le potentiel. L’avenir nous dira si ces promesses seront tenues.

[tweetmeme source= »InVinoCom »]

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Economie

2 réponses à “Argentine, la mutation du vignoble…

  1. Pingback: Argentine, la mutation du vignoble… « In Vino Com | Actualités du monde

  2. Il est vrai que l’Argentine mérite le voyage,car la beauté des paysages différents du nord (Salta) au sud (ushuaia) et de l’est (Buenos-Aires) à l’ouest (mendoza) vous permet d’imaginer le parcours difficile des explorateurs du passé

    La viande est l’une des meilleures au monde,la qualité de services existent véritablement dans les restaurants et le vin est peut-être l’un des meilleurs au monde

    D’ailleurs pourriez vous m’expliquer pourquoi on ne trouve pas de « Latitud 33 » (malbec) en France ????

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s