Succès attendu pour la semaine des primeurs à Bordeaux…

C’est l’effervescence sur la place de Bordeaux : les primeurs 2009, un rendez-vous crucial pour le commerce du vin, s’ouvrent avec une affluence historique, malgré un contexte économique toujours difficile pour un millésime déjà annoncé comme exceptionnel.

Cette année, ils seront plus de 6 000 professionnels, selon les chiffres de l’Union des grands crus, à venir se presser dans les châteaux prestigieux pour déguster et donner une note au dernier millésime, avant peut-être de sceller un contrat de vente.

« On bat notre record historique qui était à 5 475 visiteurs pour le millésime 2005, c’est un excellent signe d’intérêt », se félicite Jean-Marc Guiraud, président de l’Union des grands crus. Ils viendront particulièrement de France, des Etats-Unis, de Belgique, du Royaume-Uni, d’Allemagne et, pour la première fois sur le marché des primeurs, de Chine. « La clientèle étrangère manifeste un intérêt plus prononcé que ces dernières années, le millésime leur parle, la réputation du millésime fera vendre », explique le négociant Georges Haushalter, qui préside l’Union des maisons de Bordeaux.

Spécificité bordelaise, la grand-messe des primeurs, organisée la semaine du 29 mars, permet d’acheter du vin à des prix fixés de fin avril à fin juin pour une mise en bouteille un an plus tard.

Ce système « unique au monde est parfois considéré comme complètement surréaliste, voire farfelu », explique Sébastien Chaumet, directeur du marketing de la maison de négoce Ginestet. Il a l’avantage pour l’acheteur de constituer des stocks à un prix attractif et pour le viticulteur de vendre avant la fin de la vinification. Il représente en outre un enjeu majeur pour le vignoble bordelais dont les ventes 2009 ont été catastrophiques.

Pour l’oenologue Denis Dubourdieu, 2009 est certes « un grand millésime », « baigné par une espèce de douceur », mais il arrive aussi « au bon moment ». « L’attente qu’il suscite dépend de la conjoncture », estime M. Dubourdieu, directeur de l’Institut des sciences de la vigne et du vin. « Tous nos clients ont besoin de se refaire une santé sur les primeurs,ils ont perdu de l’argent sur les derniers millésimes », confirme Sébastien  Chaumet.

Quelque 200 marques prestigieuses devraient écouler entre 70 et 90 % de leurs volumes. Pour les grands crus classés Château Beychevelle ou Château Pape Clément, ce seront 95 % de la production qui s’échangeront ainsi au sortir de la campagne, à condition que les viticulteurs fixent des prix raisonnables.

« C’est la chose la plus délicate, on va tenir compte du contexte économique », explique Patrice Hateau, directeur d’exploitation de Château Pape Clément. « Le juste prix, il ne doit pas être trop haut pour que le vin s’écoule à un rythme normal et pas trop bas non plus », renchérit Jean-Michel Cazes, propriétaire de Château Lynch Bages, qui écoule 80 à 90 % de sa production sur les primeurs.

« Il y a une grande excitation, une demande très forte, mais il faut rester serein dans un contexte global compliqué », ajoute Philippe Blanc, directeur-gérant de Château Beychevelle. En général, les grands Médoc « donnent le la », souligne le négociant Philippe Castéja, président des grands crus classés 1855. « Comme c’est un très grand millésime, il y aura un prix qui correspondra mais les propriétés sauront raison garder », promet-il.

Sur les marques « les plus emblématiques », pourtant, « on s’attend incontestablement à un coup de chauffe », pronostique François Lévêque, courtier à Bordeaux. Pour les Margaux, les Lafite Rothschild ou les Ausone, « on va être dans l’irrationnel ».

[tweetmeme source= »InVinoCom »]

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Commerce

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s